Étape 4
Vous vous réveillez dans l’obscurité la plus complète, l’esprit trouble, jurant contre votre mésaventure. Vous auriez dû être davantage prudent et, pour une fois, écouter votre paranoïa ! Vous entendez de longues plaintes, visiblement humaines… Et vous rapprochez doucement d’elles. 
 
Alors, vous retrouvez vos agresseurs, tous membres du vaisseau, à genoux et désespérés face à une stèle gravée d’inscriptions que vous êtes trop loin pour cerner. Vous leur demandez :  

 “Allons, que se passe-t-il ?
- Nous ne parvenons pas à déchiffrer ce langage. Notre aventure s’achève ici. Nous n’aurons jamais jouissance du générateur…” 

Vous vous approchez de la stèle et ne pouvez, alors, réprimer un rictus. Ils vous regardent, perplexes. Vous vous reprenez :   

“Douce ironie, j’ai fait carrière dans les lettres et suis incapable de déchiffrer celles-ci ! Je reconnais, tout au plus, les mots “mort certaine”...” 

Tous détalent, en proie à la panique. Cette fois-ci, vous vous permettez d’extérioriser sans pudeur votre joie. Car enfin, le générateur est à vous, et personne ne sera là pour vous en empêcher.  
 
L’inscription sur la pierre est en fait un vers d'Homère, en grec ancien, que vous n'avez évidemment aucun mal à déchiffrer… Et sitôt que vous le comprenez, la stèle se renverse et dévoile à vos yeux trépidants un coffre en métal, serti de pierres multicolores… “Voilà qui aurait pu convaincre toutes ces générations de l'importance de maîtriser les classiques !” 
 
Tout à coup, vous entendez quelque chose s’approcher derrière... 

  Que faites-vous ?  OUVRIR LE COFFRE / SE RETOURNER